La Soumission d’Isabelle 02

by

Babes

Éric qui a beaucoup d’imagination, vient de trouvé là, un moyen pour rembourser la grosse somme d’argent perdue au poker qui il doit à plusieurs hommes. C’est avec le corps, Isabelle, qu’il va rembourser ses dettes de jeux. Elle est embauchée comme secrétaire polyvalente dans l’entreprise d’Éric.

Nous avons abordé les modalités de mon contrat pour éponger les dettes de jeu de monsieur Éric.

Je pense fugitivement. (Je ne suis pas une pute, alors que toi tu n’es qu’un salaud ) Je me mords la langue pour ne pas exprimer à voix haute ce que je pense tout bas.

J’accepte, cela me laissera le temps de réfléchir par la suite à mes portes de sortie, là, j’ai la tête embrumée et n’arrive plus à aligner deux idées cohérentes.

– Bien, je vois que l’idée fait son chemin, pour conclure notre accord viens me sucer.

Je reste immobile, perdue dans mes pensées, cela me semble irréel, le claquement de ses mains me font sursauter et revenir à la réalité. Je me lève et viens me mettre devant lui, il me dit que je dois savoir où cela se trouve. Trop drôle, je m’agenouille, ainsi je commence à déboutonner son pantalon, sort sa queue de son caleçon, elle est de bonne facture.

Je branle sa bite à la main, le regard un peu dans le vide, d’une tape sur la tête, il me rappelle que si je ne suce pas, l’accord est caduque, que les photos seront envoyées. J’ouvre alors la bouche et comme une automate enfourne sa queue, commence à la lécher, la téter, elle prend vite son envol et déploie sa vingtaine de cm me remplissant la bouche.

Il me demande de me caresser le clito pendant que je le suce, je le fais sans vraiment réfléchir n’ayant qu’une envie, qu’il jute le plus vite possible et que cela finisse.

C’est interminable, il me demande de le regarder pendant que je suce, il se délecte de la situation, de me voir m’escrimer à essayer de faire rendre l’âme à cette queue. Il me demande alors si j’accepte son accord. Je grommelle un oui sourd, difficile d’articuler avec une bite en bouche.

– Oui qui?

– Oui, Monsieur Éric.

Il jouit ainsi dans ma bouche, m’oblige à avaler en tenant ma tête fermement, je sens le flot de sa semence envahir mon palais, ma gorge, j’essaie au mieux de déglutir pour ne pas m’étouffer avec, réprimant un haut le cœur de dégoût.

Je reste ainsi plusieurs minutes, le temps pour son membre de débander, il relâche enfin la pression me permettant de reprendre vie, il me caresse les cheveux de satisfaction, à la manière d’un animal.

Il me relève, soulève ma robe et me doigte la chatte sans ménagement pour vérifier si elle est mouillée, ses doigts ressortent couverts de cyprine, il les met dans ma bouche pour que je les nettoie.

Je ne souhaitais pas qu’il s’aperçoive que j’ai fini par mouiller, à force de me caresser mon corps a répondu présent. Sucer m’a toujours excitée, peut être ce côté de l’absolue déficience de mon éducation où la queue n’est pas un objet de plaisir.

Pour ma première journée de travail de secrétaire particulière d’Éric. Nous nous dirigeons vers la voiture d’Éric. Je n’ai aucune idée de l’endroit où nous nous rendons, je sais seulement où que ça peut être, je haïrai cet endroit, je déteste tout ce qui m’arrive.

Éric nous emmène dans un quartier où se concentrent les clubs d’adultes, il se gare dans un parking face à un bâtiment appelé üniversiteli gaziantep escort Le Phénix.

Nous sortons de la voiture, il me dit :

– Ça ne devra pas être trop long!

Il empoigne mon bras et m’entraîne vers le bâtiment devant lequel on est arrêté.

Tout en marchant il redit :

– Rappelle-toi bien ma belle, tu n’es qu’une secrétaire bonne à baiser!

Il m’entraîne dans Le Phénix. A l’intérieur, je jette un coup d’œil circulaire, il y a une douzaine d’hommes à l’intérieur dans la salle.

On marche jusqu’au bar, nous nous asseyons, je n’ai pas réalisé que nous sommes dans une boite de libre échange. Sans que m’en aperçoive, Éric me tend un grand verre de bière. Mon accompagnateur sirote sa bière, j’avale la mienne

La musique est trop forte pour tenir une discussion élaborée. Ce n’est pas un problème en fait, je n’ai rien à dire à mon voisin, ça ne ferait que l’amuser, de ce fait je n’ai aucune raison de lui adresser la parole.

Lorsque j’ai fini ma bière, Éric se lève et va m’en chercher une autre.

Je la sirote plus lentement, Les hommes ont leurs yeux braqués sur moi, ils parlent entre eux à voix basse.

Je finis ma bière et reste assise, attendant de voir comment il va m’humilier cette fois-ci.

La musique baisse et les conversations peuvent reprendre.

Éric me demande si je veux baiser avec ces vicelards, je lui retourne un regard haineux.

Il rit aux éclats et poursuivit :

– J’ai mis dans tes deux verres de bière, de quoi juste te désinhiber, cependant je dois me montrer prudent aux doses que tu absorbes. Je souhaite que le désir te tenaille à chaque instant, faisant de toi la pire des salopes en manque de sexe. J’ai programmé une nouvelle séance de baise. Je souhaite que tu sois, consentante et participante sur le film que l’on va tourner, juste au cas où je déciderais de donner une copie à ton mari. Cela le distraira sûrement, un bon filme porno à se mettre sous la dent!

Je sens que déjà le truc qu’il a mis dans ma bière agit, ça se répand dans tout mon corps, mes tétons durcissent déjà, ma chatte s’humidifie, je sens des envies de baise monter en moi.

Je lui demande :

– De quoi s’agit-il? Quelle sorte truc, m’as-tu fait prendre?

Il me sourit et rétorque :

– Rien que tu puisses trouver, c’est une mixture de différents produits, d’herbes et d’hormones mâles qui se combinent pour être un très puissant aphrodisiaque et doublé de poudre de cantharide. Tu vas te sentir comme une chienne en chaleur prête à tout pour se faire baiser dans toutes les positions et les combinaisons possibles, en solo, par deux, par trois, même plus. Tu vas devenir tellement chaude que tu ne pourras dire non à personne, même si tu le désirais. Allé, vide ton verre. Tu sens l’effet de l’envie monter en toi, n’est ce pas?

C’est vrai, de toute ma vie je n’ai jamais eu autant envie de me faire baiser par une bonne bite!

Sauf l’autre nuit, à en juger le petit film que j’ai visionné la nuit même!

Cette fois, je suis pleinement conscience de la situation, ma dégradation monte au même rythme que mon envie de me faire baiser.

J’avale ma bière et il m’entraîne au fond de la salle vers une porte sur laquelle il y a une pancarte indique que seuls les personnes gaziantep üniversiteli escort consentantes peuvent entrer.

Nous passons cette nouvelle porte et je me retrouve dans une salle de la taille de mon salon, il y a grand lit au milieu.

Une fois à l’intérieur, je remarque cinq hommes qui me dévisagent et scrutent mes formes, Éric me présente, il me retourne contre lui, me soulève ma robe tout en me mordant le cou, je sens ses doigts s’insinuer dans ma chatte, très vite, d’autres mains me palpent les fesses. L’un d’eux me prend la main et la porte à son sexe bandé de désir, je me baisse alors pour dégager cette bite de son pantalon et enfonce ma bouche sur elle.

Je me lance donc dans une fellation vicieuse qui je pense a l’effet d’exciter les autres puisque tout le monde se retrouve nu avec leurs queues près de mon visage. Je me régale ainsi de passer de l’une à l’autre, appréciant chaque différence de taille, de goût et de forme. Au bout d’une vingtaine de minutes de pompage de queues, ils m’emmènent sur le lit, je suce goulûment l’un d’eux qui y est allongé.

Je suis, ainsi remplie d’un coup dans ma chatte par un second, qui me baise fougueusement. De temps en temps, je tourne mon visage de chaque côté pour changer de queue à sucer. Alors vient mon premier orgasme, fort et long, puis celui qui est allongé me tire vers lui, il enfonce son dard dans ma chatte. Les autres, suivent le mouvement en me pressentant encore leurs bites à sucer, chose que pour laquelle je fais avec complaisance.

Le premier qui m’a fait jouir en me baisant, ne reste pas longtemps à l’inaction, il décide que puisque mon vagin est occupé, qu’il reste un orifice à prendre, il pointe sa grosse queue à l’entrée de mon anus en appuyant lentement mais sûrement, a mon grand étonnement, il entre sans effort et presque sans douleur. J’ai connu mon premier sandwich avec Éric et son père. J’appréhende celui qui va mettre imposé, alors que la sodomie est plus facile pour moi tandis que j’ai un autre sexe dans le vagin.

Il commence alors à m’enculer plus vite en enfonçant son membre plus profond à chaque mouvement, jusqu’à toucher le fond de mon petit trou, il me traite de salope, me félicite en me disant que j’ai un bon cul. Pendant ce temps, je continue à sucer les autres, avec ces deux pieux qui me baisent et m’enculent à la fois. Inutile de préciser que je ne tarde pas à jouir comme une folle, tout de suite après cet orgasme anal, mon enculeur se retire, enlève son préservatif.

Il me présente sa queue à sucer, ce que je m’applique à faire pour le remercier du plaisir qu’il m’a procuré, je sens alors un autre sexe me remplir l’anus et me baiser l’anus sauvagement, il faut que je dise que je suis très sensible de l’anus alors je jouis très facilement par là, donc j’ai encore orgasme anal.

Ce ne sera pas le seul, puisque celui qui est sous moi me demande de me lever. Il remplace le second en me mettant à quatre pattes? Ainsi c’est une chaîne sans fin, tous passent de ma bouche à mon cul où de mon cul à ma bouche. Ensuite, ils me retournent sur le dos, ils utilisent mes mêmes orifices, délaissant ma chatte? Que voulez-vous, les hommes adorent la sodomie, ils en profitent au maximum quand ils peuvent la pratiquer.

Je reçois alors le gaziantep üniversiteli escort bayan premier jet de sperme sur le visage, c’est Éric qui se lâche en me disant : – Tiens prend ça salope!

En continuant de m’asperger de son sperme, couverte ainsi, je continue de sucer les sexes devant moi, un deuxième sort de ma bouche pour imiter Éric et déverse sa semence sur mon visage, cela excite mon enculeur de l’instant, puisqu’il se retire en me giclant sur le dos.

Il est vite remplacé, quelques minutes plus tard, le troisième se dégage de mes lèvres, il me couvre les seins de foutre en me caressant ensuite avec son jus, le quatrième jouis alors lui aussi et m’inonde a nouveau le visage en remettant de temps en temps sa queue dans ma gorge, avec ces mots! – Lèche moi bien, salope!

Voyant qu’il est le dernier, celui qui m’encule, augmente son rythme pour jouir a son tour, il me défonce l’anus, il se dégage, alors d’un coup, retire sa capote et m’éclabousse le dos de son sperme chaud.

Je suis repue et comblée.Trois, d’entre eux se sont rhabillés, un petit quart d’heure plus tard, et s’en vont. Avec les deux autres, nous discutons quelques minutes, leurs mains me caressent de temps en temps, ils me complimentent sur ma performance, puis arrive ce qui doit arriver, l’un d’eux rebande. Il prend ma tête et m’enfonce sa queue dans la bouche. Bien sûr, je le pompe copieusement, d’autres qui sont entre temps arrivés, ne tardent pas à nous rejoindre, de nouveau c’est le va-et-vient des queues dans ma chatte et mon anus, c’est encore un long moment rempli d’orgasmes.

C’est trop pour moi, je commence à être très bruyante.

Le plaisir dans mon ventre est trop intense, je jouis deux fois avant qu’ils ne se soulagent chacun leur tour dans l’orifice qu’ils me défoncent.

Étant sans repère, je ne peux pas savoir d’où va venir la prochaine bite. Je pousse un cri de surprise, ils décident de finir par mon cul.

A tour de rôle, ils m’enculent, même cela me fait jouir. Je me laisse faire, sans broncher. J’aime ça.

– On n’en a pas fini avec ton cul, mets toit à quatre pattes sur le banc, comme la chienne que tu es!

– Oui! Traitez moi comme une chienne!

Une fois, en levrette sur le banc. Je me prends une bite dans l’anus, dans la chatte et dans la bouche.

Je n’ai aucune idée du temps que dure cette séance, ma gorge et ma chatte sont douloureuse et pourtant je voudrais que cela continue éternellement.

Je viens de me faire baiser par une douzaine d’hommes, cependant cela ne me suffit pas, droguée comme je suis, je désire avoir encore d’autres bites dans mes trois trous échauffés.

Nous sommes restés là pendant des heures, des clients venus de l’extérieur nous rejoignent.

Je ne sais dire combien hommes ont abusé de mes charmes cet après-midi. J’ai avalé une dose phénoménale de sperme alors qu’ils se sont succédé dans ma bouche et ma gorge.

Le foutre qu’ils m’ont injecté dans la chatte et le trou du cul ruisselle le long de mes jambes.

Je ne sais pas si l’effet de la mixture a diminué ou si tout simplement j’ai eu mon compte de grosses bites, je ne ressens plus l’impérieux besoin de me faire baiser.

Mon corps entier est douloureux, je demeure nue, étendue sur le lit de camp. Je mets un peu de temps avant de me lever car je n’ai plus très lucide avec ce que je viens de subir.

Éric me laisse prendre une douche puis je remets ma robe.

Nous regagnons sa voiture, il me ramène et me dépose dans une rue pas loin de chez moi devant un pavillon qui n’est évidemment pas celui où je réside.

Il me dit au revoir en m’embrassant, je mêle ma langue et aussi ma salive chargée du goût et de l’odeur de sperme à la sienne.

La voiture redémarre, fatiguée je rentre chez moi.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

gaziantep escort gaziantep escort porno izle bursa escort görükle escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort beylikdüzü escort